Visite d’une parcelle ayant bénéficié du dispositif Reconquête agricole et maintien des espaces agricoles ouverts

Ce 29 janvier, Mélanie et Richard Schmidhauser ont accueilli sur leurs parcelles, soutenues en 2023 par le dispositif de la Communauté de Communes Le Grésivaudan et une visite-conseil de l’ADDEAR, les porteurs de projet intéressés par cette aide. C’était l’occasion pour ces porteurs de projet de connaître l’itinéraire historique et technique de la parcelle afin de réfléchir sur leur propre projet, ainsi que de poser des questions sur le dispositif.

 

HISTORIQUE

Ce projet de réouverture a démarré en 2017, date à laquelle les premiers abattages de sapins ont eu lieu. Trois opérations de broyage ont été réalisées depuis 2019. Plusieurs opérations de désherbages chimiques avaient également été menées. 

TRAVAUX

En tout début d’été 2023, via le dispositif, une opération d’abattage, dessouchage et broyage a été réalisée par une entreprise basée aux Adrets : environ 4 jours de travail avec une pelle araignée sur un peu moins de 2ha très pentus. La période charnière de fin du printemps est la période idéale pour  attaquer les ligneux qui ont fait monter toutes leurs réserves pour le développement de leurs fleurs, fruits et feuilles, qui leur permettent ensuite de recréer des réserves énergétiques (grâce aux feuilles) ou de se reproduire (grâce aux fruits ou par des rejets racinaires plus tard dans la saison quand de nouvelles ressources énergétiques se sont constituées).

REENSEMENCEMENT

La prairie a été réensemencée dans la foulée avec notamment :

  • du ray-gras qui a la particularité de pousser très précocement et de couvrir le terrain dès le début de printemps, ce qui permet une entrée précoce des animaux sur la parcelle ;
  • de la fétuque, rustique et peu exigeante, dans une optique d’établissement de la graminée à long terme sur la parcelle.

Richard et Mélanie pensent qu’un ensemencement en automne aurait peut-être pu favoriser une meilleure implantation du mélange car il a fait très sec après l’ensemencement. Ils attendent avec impatience le printemps 2024.

VALORISATION

La valorisation de la parcelle a été envisagée de la manière suivante :

  • passage des chevaux de pension « difficiles » (qui ne consomment pas ou peu les ligneux) au printemps ;
  • passage des bovins (vaches de races montagnardes habituées à la pente et éduquées à la consommation de ligneux) à partir de juin ;
  • complément de « débroussaillage » avec des boucs jusqu’à l’hiver.

ENTRETIEN 

Des interventions sont envisagées pour finir le débroussaillage selon les besoins et un investissement dans un tracteur de pente d’occasion a été réalisé pour pouvoir être réactif. 

Cependant, le broyage mécanique peut produire des effets rebond observables :

  • la taille automnale n’empêche pas la repousse au printemps : à l’automne la plante se met en végétation et toutes les réserves sont dans son système racinaire, prêtes à la faire repartir de plus belle
  • la taille mécanique démultiplie la réaction de la plante : le prélèvement par l’animal est précisément adapté à la mesure de ce qu’il faut pour contenir le développement du ligneux 
  • certaines espèces ligneuses réagissent très fortement au broyage, il faut observer et adapter en fonction des essences présentes

 

Grâce à l’expérience de l’ADDEAR nous avons rappelé les différents facteurs qui peuvent intervenir dans le maintien des milieux ouverts : 

  • les différents types de végétation en présence : les observer, les connaître…
  • les animaux à disposition : identifier leur capacité et leur envie à consommer les différentes végétations, identifier leur complémentarité…
  • les pratiques : jongler entre calendrier de pâturage, nombre d’animaux par parc, taille du parc, positionnement du sel, intervention mécanisée…

La stratégie doit être testée et questionnée sur le long terme.

« A l’image du temps que la forêt met à s’installer, le temps nécessaire à la reconquête ne doit pas être sous-estimé. »