Ciné-rencontre « La théorie du boxeur : l’agriculture face au défi climatique »

« La théorie du boxeur : l’agriculture face au défi climatique »

Vagues de chaleur, sécheresses, gels tardifs ou ravageurs, le climat se dérègle et notre agriculture doit bifurquer… Mais vers où ? Nathanaël Coste enquête dans la vallée de la Drôme pour comprendre comment les agriculteur·ices s’adaptent, tout en questionnant la résilience alimentaire des territoires.

 

La projection du film « La théorie du boxeur » à l’espace Aragon ce mercredi 3 avril était suivie d’un échange avec des agriculteur·ices de l’ADABEL.

Au delà des agriculteur.ices présents pour le débats, la salle comptait une vingtaine d’agriculteurs de la région, des élus locaux et des habitants intéressé.es par la thématique. Environ 90 personnes présentes pour échanger.

L’objectif était de re-situer les enjeux traités dans le film vis-à-vis du contexte de Belledonne mais cela a surtout permis de mieux familiariser le public avec l’agriculture de son bassin de vie.

Pour les agriculteur·ices et le public, il était important de partager le fait que le défi actuel est complexe : le système agricole fait preuve de nombreuses problématiques aux causes diverses et disparates, et le dérèglement climatique est une variable de plus. 

Nourrir la population est une mission d’intérêt général, bien que mise en œuvre par des structures privées. Sachant qu’il y a un modèle par ferme, il y a autant de solutions d’adaptation à trouver, dans notre intérêt à toutes et tous.

Le montage des uns contre les autres n’est pas une solution, les éleveurs contre les cultivateurs, les bios contre les non bios, viande ou pas viande… Les pratiques doivent être appréciées dans leur contexte local et l’alimentation doit revenir à des bases simples. Se fier à un label ou à un documentaire ne suffit plus, créer des liens humains et aider les producteurs, que ce soit par ses choix de consommation, des chantiers participatifs ou des impulsions politiques, est une nécessité, sur la durée !

Le fameux bon sens paysan doit aider à ne plus marcher sur la tête.

Les débats se sont finalement éloignés du sujet premier du film mais ont permis un échange pédagogique avec les personnes présentes.

C’est aussi ça le rôle de l’ADABEL, remettre l’agriculture et l’alimentation dans les considérations quotidiennes de nos concitoyens.

Merci à l’Espace Aragon pour l’accueil et l’organisation de la soirée.